Back to Top

MICHAEL JOHANSSON

Far from being a kids’ game, even if that’s what inspires him, there’s nothing random about Michael Johansson’s work. Nevertheless, fascinated by the unique and mysterious origin of objects, it’s during chance discoveries that he unearths items that he keeps almost by compulsion. The sculptor then meticulously sorts them by size, colour and sometimes even theme. Next, whether it’s in a museum or on a street corner, Johansson puts them together, piling up the objects and creating a new unity. Each item is reassigned a revised function and disappears into an imposing and organised mass. The whole becomes an architectural element or furniture piece that truly claims its place in the surroundings.
Sometimes, on the contrary, as in his series of objects to assemble, Johansson highlights each individual piece, separated and presented as a singular facet of a whole. Just like the artist, we become fascinated by the curious coincidences that bring each object together. This worthy heir of the “Ready Made” revives the spirit of classic games as Space Invaders and Tetris.

-

Loin d’être un jeu d’enfants, bien qu’il s’en inspire, le travail de Michael Johansson ne laisse rien au hasard.
Néanmoins, Fasciné par l’origine unique et mystérieuse de chaque objet, c’est au cours de découvertes fortuites qu’il les déniche puis les conserve presque par pulsion. Le sculpteur les trie ensuite minutieusement par taille, par couleur, parfois même par thème. C’est alors qu’au sein d’un musée ou encore dans un coin de rue, il les assemble, les empile et parvient à créer une unité. Chaque objet est détourné de sa fonction première et disparait dans une masse imposante et organisée. L’ensemble devient ainsi un élément architectural ou mobilier et prend bel et bien part au paysage.
Au contraire, parfois comme dans sa série d’objets à assembler, Johansson nous en montre chaque partie mise en valeur, séparée du reste et présentée comme une facette d’un tout. Comme l’artiste, nous sommes alors captivés par ces curieuses coïncidences. Ce digne héritier du « Ready Made » ranime ainsi l’esprit de célèbres jeux  tels Space Invaders ou Tetris.

www.michaeljohansson.com
Find also a video about Michael Johansson on Totemize facebook page
© Photos : Michael Johansson

.

Tell me about you, what’s your story?

I grew up in a small place outside a small town in a small country. I’ve  always had an interest in expressing myself visually, but strongly  suspect that the young me who once draw racing cars and Orcs and dreamt  about a life as an artist wouldn’t have appreciated the work I do today  that much.

Where does your passion for installation/sculpture come from? What are your processes and influences?

Oh, this is a tough one. It did not happen during night, but was a long journey trying to adapt to the contemporary art scene through several art schools. Working my way through different medias and means of expression, realizing that my weakness for hoarding found objects could work as a both necessary and challenging framework for my practice, contributing both possibilities and limitations from which I could create a context of my own.

First thing you do in the morning?

Sadly, to check my email.

What advice would you give to a young artist?

Find the context that fits your work rather than alter your work to fit a certain context.

What books are on your bedside table right now?

Right now, none. I’ve used my laptop for most reading the last couple of years, and it’s been quite a while since I last read an actual book. I sometimes miss the way they smell though.

Things you would like to share with us (any website, picture, proverb, fun stuff, …)?

thingsorganizedneatly.tumblr.com

A never-ending source for inspiration.

It’s strange but you love it?

Tokyo. I honestly think I understand less for each time I go there, which is a great starting point for every adventure. Tokyo is simply a wonderful place.

-

Parlez-nous de vous, quelle est votre histoire ?

J’ai grandi dans un petit endroit, à l’extérieur d’une petite ville, elle-même située dans un petit pays. J’ai toujours été intéressé par l’idée de m’exprimer visuellement, mais je soupçonne fortement que le jeune “moi”, qui dessinait autrefois des voitures de courses et des Orcs et rêvait de la vie d’artiste, n’aurait pas beaucoup apprécié le travail que je réalise aujourd’hui.

D’où vient votre passion pour l’installation/la sculpture ? Vos processus de création ? Vos influences ?

Oh, c’est une question difficile. Cela ne s’est pas fait en une nuit, mais a été un travail de longue haleine à essayer de m’adapter à la scène artistique contemporaine à travers plusieurs écoles d’art. Je travaille à ma façon grâce à différents médias et moyens d’expression, réalisant que ma faiblesse pour l’accumulation d’objets trouvés pourrait fonctionner comme une base à la fois nécessaire et stimulante pour ma pratique, contribuant à la fois aux possibilités et aux limites à partir desquelles je pourrais créer un contexte bien à moi.

La première chose que vous faites le matin ?

Malheureusement, consulter mes emails.

Quels conseils voudriez-vous donner à un artiste débutant ?

Trouve le contexte qui correspond à ton travail plutôt que d’altérer ton travail pour qu’il s’inscrive dans un contexte particulier.

En ce moment quel livre(s) se trouve(nt) sur votre table de chevet ?

À l’heure actuelle, aucun. J’utilise mon ordinateur portable pour presque toutes mes lectures ces dernières années et cela fait un bon moment que je n’ai pas lu un livre à proprement parlé. Parfois leur odeur me manque.

Quelque chose que vous aimeriez partager avec nous (site web, image, proverbe, anecdote insolite,…) ?

http://thingsorganizedneatly.tumblr.com/
Une source d’inspiration sans fin.

C’est étrange mais vous adorez?

Tokyo. Honnêtement je pense que chaque fois que je vais là-bas je comprends un peu moins bien la ville, ce qui est un très bon point de départ pour chaque aventure. Tokyo est simplement un endroit merveilleux.




DAVID CATÁ

David Catá’s work is unquestionably inscribed with a single continuous theme, recorded through photography, video, painting or sculpture and giving him great artistic legitimacy. His work of memory explores the ephemeral relationship between our past and future, as well as our unbreakable link with the world around us, realised by thread sewn into the hand.
In the series “Déjame Volar”, the dandelion is a metaphor for the memories of those who’ve left and the pain experienced when they “flew away”. Yet they remain symbolically in a photo, a letter, a smell. In “Mi Vida a Flor de Piel”, Catá’s work reaches its pinnacle, the photographer realises a truly physical form of artistic expression, embodying the idea of having someone under your skin. He becomes one with his work and sews into his hand portraits of people dear to him. Using a form of self-torture and mutilation, the artist gives meaning to his art. Forever more their faces are etched into his skin; mentally and physically they become a part of him, completely. And just as in life, they will leave indelible marks.
It’s tangible poetry revealed with visual lightness, but also with strong themes on a universal level. Memento mori.

-

L’oeuvre de David Catá s’inscrit incontestablement dans une continuité thématique singulière, à travers la photographie, la vidéo, la peinture ou la sculpture, lui offrant une grande légitimité artistique . Un travail de mémoire, qui explore la notion d’éphémère, la relation entre notre passé et notre futur ainsi que le lien inaltérable (matérialisé par le fil et la main) entre nous et le monde qui nous entoure.

Dans la série “Déjame Volar”, le pissenlit devient métaphore du souvenir et de la douleur qui survient au moment de « laisser s’envoler » ceux qui nous ont quitté. Pourtant toujours présents ils sont symbolisés par une photo, une lettre, une odeur. Dans la série “Mi vida a flor de piel”, le travail de David Catá atteint son paroxysme : le photographe réalise une véritable performance artistique en traduisant physiquement l’expression « avoir quelqu’un dans la peau ». Il fait alors corps avec son oeuvre et se coud dans la main les portraits de personnes qui lui sont chères. Une sorte d’auto-torture, de mutilation, que l’artiste s’inflige pour donner naissance / sens à son art. Désormais leurs visages sont gravés dans sa peau, mentalement et physiquement ils font pleinement partie de lui et comme dans la vraie vie, ils laisseront des traces.
Une poésie tangible révélée par une grande légèreté visuelle mais aussi une puissante thématique à portée universelle. Memento Mori.

davidcata.com
Find David Catá’s video also on Totemize facebook page
© Photos : David Catá

.

Tell me about you, what’s your story?

I was born in a small town in Spain called Viveiro. Since my childhood I have been interested in art, starting my music studies at the age of 8 and then my studies in Fine Arts and Photography. I currently live and work on my personal project at Viveiro.

Where does your passion for art come from? What are your processes and influences?

My parents have a furniture, framing and artistic material’s store. So I grew up in that environment. And whenever I could, I used to sped my spare time painting and drawing.

On my working process I usually have several projects simultaneously. Some of my influences are artists like Dali, Boltanski, Chiharu Shiota…

What advice would you give to a young artist?

I don’t feel qualified to give any advice, but I think the key to success is hard work and do what you really feel passion about.

What books are on your bedside table right now?

Right now, just one that someone recommended me: The True Story of the Bilderberg Group.

Your favorite object?

A small glass figurine that my grandmother gave me when I was a child.

Things you would like to share with us (any website, picture, proverb, fun stuff, …)?

"Todos los días se aprende algo nuevo" ("We learn something new everyday")

Your small pleasures?

Playing the piano and the accordion.

Some things absurd you would like to do now?

I would like to travel in time.

-

Parlez-nous de vous, quelle est votre histoire ?

Je suis né dans une petite ville d’Espagne nommée Viveiro. Depuis mon enfance, je me suis intéressé à l’art, commençant mes études de musique à l’âge de 8 ans puis par la suite mes études en arts plastiques et en photographie. J’habite et travaille actuellement sur mon projet personnel à Viveiro.

D’où vient votre passion pour l’art ? Vos processus de création ? Vos influences ?

Mes parents ont un magasin de meubles, d’encadrement et de matériel artistique. Donc j’ai grandi dans cet environnement. Chaque fois que je le pouvais, j’avais l’habitude de passer mon temps libre à peindre et dessiner.
Lors de mon processus de travail, j’ai généralement plusieurs projets en simultané. Certaines de mes influences sont des artistes tels que Dali, Boltanski, Chiharu Shiota etc…

Quels conseils voudriez-vous donner à un artiste débutant ?

Je ne me sens pas qualifié pour donner des conseils, mais je pense que la clé de la réussite est le travail acharné et faire ce qui, en toi, anime une réelle passion.

En ce moment quel livre(s) se trouve(nt) sur votre table de chevet ?

En ce moment, un livre qui m’a été recommandé: “La véritable histoire des Bilderbergers” (The true story of the bilderberg group) de Daniel Estulin.

Votre objet favori ?

Une petite figurine en verre que ma grand-mère m’a donnée quand j’étais enfant.

Quelque chose que vous aimeriez partager avec nous (site web, image, proverbe, anecdote insolite,…) ?

"Todos los días se aprende algo nuevo" ("On apprend chaque jour  quelque chose de nouveau")

Vos petits plaisirs ?

Jouer du piano et de l’accordéon.

Quelque chose d’absurde que vous aimeriez faire là tout de suite ?

J’aimerais voyager dans le temps.


image




DAVID RYLE

Following his stunning series “Steam Portraits”, mixing solemnity with subtle lights effects, David Ryle leaves his studio and, once more, invites us to travel towards new horizons. In his series entitled “Observations”, the photographer contemplates the world around us and explores the relationship between humans and their environment. “Ice Walkers” is a project that highlights the notion of scale (illustrated by people, we’re guessing) in a snowy landscape that has a sense of infinite purity and superiority. The English artist captured these dizzying images from the sky high up above the French Alps and they underline indisputably that we don’t amount to much when compared with the vastness of the planet.

-

Après l’étonnante série “Steam Portraits”, alliant sobriété et jeux subtiles de lumière, David Ryle quitte son studio, et à nouveau nous invite à voyager vers de nouveaux horizons. À l’image de sa série “Observation”, le photographe contemple le monde qui nous entoure et expérimente la relation entre l’humain et son environnement. Toujours avec une certaine pureté, “Ice Walker” évoque la notion du rapport d’échelle opposant le détail (matérialisé par l’Homme que l’on devine) à un paysage infiniment supérieur.
L’artiste anglais capture ces photographies vertigineuses dans le ciel des Alpes et souligne sans conteste que nous sommes peu de choses face à l’immensité du monde.

davidryle.com
© Photos : David Ryle

.

Tell me more about you, what is your story?

Hello. 

My name is David Ryle. I was born in the UK, in Lincolnshire and now live in Hackney, London.

Where comes from your passion for photography ? your process ? any influences ?

I’m not sure where my passion for photography came from, I’d like to think I’m a fairly visual person, but then I guess most people are. I enjoy the possibilities that photography gives me. I enjoy seeing things, solving problems and meeting people and working in photography enables me to do those things. 

I guess the main research tool nowadays is blogs, websites and I’m really a wikipedia addict, I think I probably waste half my time reading about none related subjects on wikipedia, but occasionally it opens up a strand of reference to follow and learn about, that then leads maybe to me learning about somebody or something I’d not heard of before. 

On the other hand, I think I reference colours and form of Turner, and I really like the way that in some of his paintings of storms and clouds you have colour and form pulled to an almost abstract level, but within the painting a structure emerges, giving context and grounding. 

What advices would you like to give to a young photographer ?

Be prepared to work long hours and miss weekends with friends for the cause of photography. Ironically it isn’t always the most social of jobs so motivation is important. If you can set up a studio or office space with other photographers, so you can share your knowledge and help each other, you’d be amazed how much you can learn from asking other people in a similar situation to yourself.

What books are on your bedside tables at this moment ?

Vernon God Little by DBC Pierre

Things you would like to share with us (any website, picture, proverb, fun stuff, …) ?

One of my favourite images is Joel Sternfeld’s image of pumpkins and a fireman:

image

© Photos : Joel Sternfeld
McLean, Virginia, December 1978


Your favorite object?

A lamp I was given from my Grandma, after she died.

Some things absurd you would like to do now?

Live on the International Space Station

-

Parlez nous de vous, quelle est votre histoire ?

Mon nom est David Ryle. Je suis né au Royaume-Uni dans le Lincolnshire et j’habite désormais à Hackney (Londres).

D’où vient votre passion pour la photographie ? Quels sont vos influences? votre processus de création ?

Je ne suis pas sûr d’où me vient ma passion pour la photographie, j’aime à croire que je suis une personne assez visuelle, mais j’imagine que la plupart des gens le sont. J’aime les possibilités que la photographie me donne. J’aime voir des choses, résoudre des problèmes, rencontrer des gens et travailler dans la photographie me donne la possibilité de faire ces choses.
Je pense que les outils de recherche principaux aujourd’hui sont les blogs et les sites internet et je suis un accro de Wikipédia. Je pense que je perds la moitié de mon temps à lire des sujets non liés sur Wikipédia mais, à l’occasion, cela ouvre un nouvel angle de travail avec une référence à suivre et à étudier. Cela m’amène ensuite peut-être à en apprendre davantage sur quelqu’un ou quelque chose dont je n’avais pas entendu parler auparavant.
D’un autre côté, je pense que je m’inspire des couleurs et formes de Turner et j’apprécie vraiment la façon dont, dans certaines de ses peintures de tempêtes et nuages, tu as de la couleur et de la forme qui sont poussées vers une vision presque abstraite, mais en peinture une structure émerge, donnant un contexte et une base.

Quels conseils donneriez vous à un jeune photographe ?

Sois prêt à travailler de longues heures et à manquer les weekends entre amis pour la photographie. Ironiquement, ce n’est pas souvent le job le plus sociable, donc la motivation est importante. Si tu peux créer un studio ou un bureau avec d’autres photographes, pour pouvoir partager vos connaissances et vous entraider, tu serais surpris de voir à quel point tu peux apprendre en t’adressant à d’autres personnes dans une situation similaire à la tienne.

En ce moment quels livres se trouvent sur votre table de chevet ?

« Vernon God Little » de DBC Pierre.

Quelque chose que vous aimeriez partager avec nous (site web, image, proverbe, anecdote insolite,…) ?

Une de mes images préférées est celle des citrouilles et du pompier, de Joel Sternfeld.

Votre objet favori?

Une lampe héritée de ma grand-mère, après son décès.

Quelque chose que vous aimeriez partager avec nous (site web, image, proverbe, anecdote insolite,…) ?

Vivre à bord de la Station spatiale internationale.




THEME BY PARTI