< TOTEMIZE
Back to Top

AWER

Once you’ve see the work of this talented Italian artist, it will become instantly recognisable. Endowed his creations with a strong graphic visual identity, AweR knows how to develop his craft. His large-scale works are all at once disturbing, hypnotic, swirling as on an ocean wave, emblazoned on a wall. Having grown up by the sea, AweR most often uses marine themes in his work: a man that leapt into the water, waves surrounding him; an imposing siren; a boat taken to the peak of a wave; a threatening octopus with giant tentacles. Beyond simply seeing the images, the passer-by feels them; a composition of white lines in constellation points gives them the feeling of a great spread of energy while making up a surrealistic character. The artist also deals in emotions; anger, anguish or madness sometimes give rise to creatures with poignant expressions. Don’t stare at them too long, you never know what might happen…

-

Lorsque vous aurez vu le travail de cet artiste Italien, inutile de vous dire que vous saurez dorénavant le reconnaitre facilement. Doté d’une identité graphique et visuelle forte, Awer a su développer sa patte. Ses oeuvres troublantes, presque hypnotiques, tourbillonnent, ondulent sur le mur comme sur l’eau. Ayant grandi au bord de la mer, Awer traite de l’univers marin dans un grand nombre de ses oeuvres. Un homme qui plonge dans l’eau et laisse celle-ci onduler autour de lui, une sirène imposante, un bateau pris au sommet d’une vague, des pieuvres menaçantes aux tentacules géantes. Au delà de simplement la voir, le passant ressent l’oeuvre, résultat d’une constellation de lignes vibrantes et de petits points blancs. Reconnaissable par le biais de cette formidable propagation d’énergie, il ajoute à ses personnages un caractère surréaliste. L’artiste traite de sentiments et d’émotions telles que la colère, l’angoisse ou la folie, qui donnent parfois naissance à des créatures aux expressions intrigantes. Ne les fixez pas du regard, on ne sait jamais …


awerart.tumblr.com
© Photos : Awer

.

Tell us about you, what’s your story ?

I was born in a little town on seaside in South Italy, then I start to love graffiti and one day i falling down and i had a big crash in my head. Then I start to paint robots everywhere, in the hot spot in a lot of italian streets, freeways and trasportations wheels. After that I start to be a little bit serious and I’ve started to study on me and my style, a lot of study on my mind and anatomy.

Where does your passion for graffiti art come from? What are your processes and influences ?

I’ ve seen first graffiti when I was 13 in my little town (https://www.google.de/search?q=polignano+a+mare&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:it:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&hl=it&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=9pjAUebZLM7DtAbw4ICIBg&biw=1366&bih=578&sei=-pjAUYaDL83mtQayw4CgCQ), then I start to love it and I painted my first with some supafriends one year later. I start to understand all graffiti culture and  a new world was looking me ! First years I start to follow first graffiti artist in the area and I start to create my flavour and first letterings and so, then I was thinkin about my style every time I was alone… after start to be a serious approach in my life, rightnow graffiti is a medicine for everethink in my life and that is fantastic.

First thing you do in the morning ?

Make a coffee and drinking it checkin the mail, but just if I’m  alone at home ! :)

Which books are on your bedside table right now ?

Ouch ! in last periods I slept so less and fast in last months… I need some new books, some italian or english ones, and here in berlin it is not easy to find it!

Is there anything you would like to share with us eg. websites, pictures, proverbs, fun stuff… ?

my website : http://awerart.tumblr.com/ and I can start to tell some stories but I usually speak so much could be infinite, if we meet I will tell you all !!!!!!!!!!!!

Tell us something absurd you’d like to do right now ?

paint all giant wall around me but is it illegal…

It’s strange but you love it?

maybe the fact that I’m so dirty lazy!

PS : with my brother Tenia we have founded a new crew called Cani e Porci, it means dogs and pigs, but in italian is a way for say all kinds of people without any distinction, it is a really special crew so if you feel like a dog or a pig you can join our crew, we would be happy about it !!!!

-

Parlez-nous de vous, quelle est votre histoire ?

Je suis né dans une petite ville en bord de mer dans le sud de l’Italie, puis j’ai commencé à aimer le graffiti. Un jour je suis tombé et j’ai eu un gros choc à la tête, alors j’ai commencé à peindre des robots partout, dans les points stratégiques d’un grand nombre de rues italiennes, d’autoroutes et de transports en commun. C’est par la suite que j’ai commencé à être un peu sérieux et j’ai commencé à faire mon introspection et à chercher mon style, beaucoup de recherches sur ma façon de penser et sur l’anatomie.

D’où vient votre passion pour le graffiti ? Vos processus de création ? Votre approche ? Vos influences ?

J’ai vu mon premier graffiti quand j’avais 13 ans dans ma petite ville : (https://www.google.de/search?q=polignano+a+mare&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:it:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&hl=it&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=9pjAUebZLM7DtAbw4ICIBg&biw=1366&bih=578&sei=-pjAUYaDL83mtQayw4CgCQ)
J’ai aimé cela et j’ai peint mon premier graffiti avec quelques bons amis un an plus tard, j’ai commencé à comprendre la culture graffiti et un nouveau monde s’est ouvert à moi ! Au début je me suis inspiré du grand artiste street art de la région et j’ai commencé à développer mon style et mes premiers lettrages. Depuis je pense à mon propre style chaque fois que je suis seul … et ça a fini par devenir une véritable démarche de vie. Maintenant le graffiti est un médicament pour absolument tout dans ma vie et c’est fantastique.

La première chose que vous faîtes le matin ?

Faire un café et le boire en regardant mes e-mail, mais seulement si je suis seul à la maison! :)

En ce moment quel livre(s) se trouve(nt) sur votre table de chevet ?

aïe! Ces derniers temps je dors si peu. Et j’aurai bien besoin de m’acheter de nouveaux livres. Mais des livres en italien ou en anglais ici à Berlin ce n’est pas facile d’en trouver !

Quelque chose que vous aimeriez partager avec nous (site web, image, proverbe, anecdote insolite, …) ?

Mon site internet : http://awerart.tumblr.com/ et je peux commencer à raconter des histoires, mais je parle tellement en général que cela pourrait durer infiniment, si nous nous rencontrions je vous dirais tout !!!!!!!!!!!

Quelque chose d’absurde que vous aimeriez faire là tout de suite ?

Peindre tous les murs géants autour de moi, mais c’est illégal…



C’est étrange mais vous aimez …


Peut-être le fait que je suis un gros paresseux !

PS: avec mon frère Tenia nous avons créé un nouveau collectif appelé « Cani e Porci », cela signifie « les chiens et les porcs », mais en italien c’est une façon de parler de toutes sortes de gens, sans distinction aucune, c’est vraiment un collectif à part, si tu te sens comme un chien ou un porc tu peux te joindre à notre groupe, nous en serions ravis !!



KEVIN APPEL

Child of the city of angels, Kevin Appel has always woven a tie that binds his personal work to his native city – Los Angeles. Architecture forms a foundation for the Californian artist’s mixed-medium projects: painting and photography. The figurative architectural beginnings leave room for complex geometric abstract shapes.

The city is Appel’s inspiration and photography the base on which his constructs his compositions. He exposes the viewer to an urban landscape composed of concrete, disused buildings, waste grounds and rubble; contemporary ruins that perhaps present metaphors for the way people evolve within them.

From the photographs’ original details, rooted to a specific time and space, Appel overlays abstract energy and compress it into a singular collage of multiple layers and pieces. The large format offers us a new experience, a physical relationship emerges and we become immersed in a whole other urban landscape. The architecture is all around us, it is involved in everyday life, but what is it saying about us?


-

Enfant de la ville des anges, Kevin Appel tisse depuis toujours un lien particulier entre son travail personnel et sa ville natale : Los Angeles. L’architecture trouve une place centrale dans les projets de cet artiste californien mêlant peintures et photographies (les siennes). Les dessins d’architectes, figuratifs, de ses débuts, laissent place à des oeuvres complexes de formes géométriques abstraites.

La ville est son inspiration, et la photographie une base sur laquelle il construit ses compositions. Il nous expose alors un milieu urbain composé de béton, de bâtiments abandonnés, de terrains vagues ou encore de gravats ; des ruines contemporaines
, métaphores peut être de la façon de penser de ceux qui évoluent en son sein.

Aux détails du cliché originel, figé dans un espace temps, il oppose la peinture, énergie abstraite, et compresse le tout dans un collage fait  de multiples couches et fragments devenus un. Le grand format nous offre une expérience nouvelle, une relation corporelle se crée et on vit alors une immersion dans un tout autre paysage urbain. L’architecture
  est tout autour de nous, elle fait partie intégrante de notre quotidien, mais que dit-elle
à propos de nous ?

kevinappelstudio.com
© Photos : Kevin Appel

.


Tell us about you, what’s your story?
I live and work in Los Angeles and I am a Professor at the University of California Irvine.  

Where does your passion for painting / sculpture come from? What are your processes and influences?

I’m interested in the relationship between physical space, architecture and the painted image. Currently, I am creating painted abstractions on top of photographic grounds of compromised architectural landscapes. This is a resistance of orthodoxy in both mediums.

What advice would you give to a young artist ?

Work everyday. Be in your studio at least once a day even if you are not producing.  Nothing substitutes for hard work. Make sure you are doing something you are passionate about.  That you follow inspiration rather than “ideas”.

Which books are on your bedside table right now?
The Flamethrowers by Rachel Kushner, Collected Poems of W.H. Auden, The Writings of Robert Motherwell

Is there anything you would like to share with us eg. websites, pictures, proverbs, fun stuff…?

image

Your favourite object?
Can’t really choose, but it would be my art collection.  

Tell us something absurd you’d like to do right now ?
Painting is absurd enough on it’s own.  An act of hysteria really.

-

Parlez-nous de vous, quelle est votre histoire ?

Je vis et travaille à Los Angeles et je suis professeur à l’Université de Californie, Irvine.

D’où vient votre passion pour la peinture / la sculpture ? Vos processus de création ? Votre approche ? Vos influences ?

Je m’intéresse à la relation entre l’espace physique, l’architecture et l’image peinte. Actuellement je peins des motifs abstraits sur des photos de paysages architecturaux. C’est une résistante à l’orthodoxie dans les deux disciplines.

Quels conseils voudriez-vous donner à un artiste débutant ?

Travaille tous les jours. Sois dans ton studio au moins une fois par jour, même si tu ne produis rien. Rien ne peut remplacer le travail acharné. Assure-toi que tu fais quelque chose qui te passionne, que tu suis l’inspiration plutôt que des «idées».

En ce moment quel livre(s) se trouve(nt) sur votre table de chevet ?

« The Flamethrowers » de Rachel Kushner,
« Collected Poems » de W.H. Auden,
« The Writings » de Robert Motherwell

Votre objet favori?

Je ne peux pas vraiment choisir, mais ce pourrait être ma collection d’art.

Quelque chose d’absurde que vous aimeriez faire là tout de suite ?

La peinture est assez absurde en soi. C’est véritablement hystérique.


MADAME PERIPETIE

Clothes don’t make the man, but photographer Madame Peripetie takes an active interest in the relationship between our bodies, what we use to clothe them and the notion of beauty. Almost sculptural in nature, the bodies photographed by the Polish artist often appear extravagant, magnificent, colourful, theatrical! Also a commercial photographer, Madame Peripetie’s master stroke lies in photographing objects and clothes in their full scale and glory; the models too are at one with this. They are sublime hybrids, scheming in the service of this surreal theatre of colour and shapes, that lies somewhere between fashion photography and performance art.

-

L’habit ne fait pas le moine, mais la photographe Madame Péripétie, s’intéresse de près à la relation que nous pouvons avoir entre notre corps, ce qui nous habille et la notion de beauté. Presque sculpturaux, les corps pris en photo par l’artiste Polonaise, épousent souvent une apparence extravagante, grandiose, colorée, théâtrale ! Également photographe commerciale, Madame Péripétie réussi un coup de maître en donnant aux objets et vêtements qu’elle photographie, toute leur ampleur. Comme possédés, les modèles ne font désormais qu’un avec ces différents univers. Ils sont sublimés, totalement hybrides, intrigants, au service de ce théâtre surréaliste de couleurs et de formes, à la croisée des chemins entre la photographie de mode et la performance artistique.

www.madameperipetie.com
© Photos : Madame Peripetie

.

Tell us about you, what’s your story?

I am an interdisciplinary image maker (rather than photographer) and a creative director based in London. I originally come from Poland, that probably influenced my creativity and fueled my love for craft, but I spent most of my life in Germany, that stimulated my perfectionist side; now we are talking in clichés, don’t we? My work oscillates around body and architecture and my deep fascination with textures, colour, forms and light and their mutual interaction. I have a Bachelor of Arts in Photography and Masters in Applied Linguistics.

What are your motivations?

Curiosity, bizarre situations and perfectionism.

Where does your passion for photography come from? What are your processes and influences?

Minimalistic opulence, old masters, surreal moments. Absolutely adore Robert Wilson.

What advice would you give to a young photographer ?

A quote by Kerouac: “The only people for me are the mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn like fabulous yellow roman candles exploding like spiders across the stars.”

Which books are on your bedside table right now?

Cutting edges. Contemporary collage. Gestalten Verlag.

Your small pleasures?

Organic affogato in my favourite coffee place.

Your favourite object?

That’s a tough one! Can’t think of anything – maybe haven’t found it yet !

Something absurd you would like to do now ?

Zero-gravity flight at Cape Canaveral

image
-

Parlez-nous de vous, quelle est votre histoire ?

Je suis une faiseuse d’images interdisciplinaire ( davantage qu’une photographe) et une directrice de création basée à Londres. Je suis originaire de Pologne, ce qui a probablement influencé ma créativité et alimenté mon amour pour l’artisanat, mais j’ai passé la plupart de ma vie en Allemagne, ce qui a stimulé mon côté perfectionniste ; c’est un peu cliché, n’est-ce pas ? Mon travail oscille autour du corps, de l’architecture et de ma profonde fascination pour les textures, les couleurs, les formes, la lumière et leur interaction mutuelle. J’ai une licence en Arts de la photographie et un master en Linguistique appliquée.


Vos motivations?

La curiosité, les situations bizarres et le perfectionnisme.


D’où vient votre passion pour la photographie ? Votre processus de création ? Vos influences ?

L’opulence minimaliste, les maîtres anciens, les moments surréalistes. J’adore Robert Wilson.


Quels conseils voudriez-vous donner à un photographe débutant ?


Une citation de Kerouac: « les seuls gens qui existent pour moi sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, la démence d’être sauvés, qui veulent jouir de tout en un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent, brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes des chandelles romaines explosant comme des poêles à frire à travers les étoiles … »

En ce moment quel livre(s) se trouve(nt) sur votre table de chevet ?

« Cutting edges : Contemporary collage » aux éditions Gestalten

Votre objet favori?


C’est une question difficile ! Je ne pense à rien – peut-être que je ne l’ai pas encore trouvé !


Vos petits plaisirs?

Un affogato organique dans mon café préféré. 


Quelque chose d’absurde que vous aimeriez faire là tout de suite ?


Un vol en apesanteur au Cap Canaveral




THEME BY PARTI